Rechercher

Déclinaison de motivation





« Ton demain arrive Un nouveau monde va s’ouvrir Tu as bien changé Tu veux revoir tes amis Pour écrire une nouvelle page »






L’usage veut que nous exprimions nos aspirations dans une lettre de motivation. Nos mots, notre style doivent traduire un esprit original, une personnalité sincère et donner envie à un futur recruteur de nous embaucher. Une fois par an, nous sommes invités à partager nos ambitions pour l’année ou les années à venir. Une fois de temps en temps, l’entreprise mesure le niveau de satisfaction au travail et les souhaits des équipes. Chaque fois l’enjeu est d’intégrer intelligemment les codes implicites de ce type de communication sans se désavouer, sans jouer un rôle. En vérité ces lettres de motivation et autres outils de communication s’apparentent à des exercices de style comme l’étaient les 99 histoires écrites par Raymond Queneau en 1947 dans son livre éponyme. Les nouvelles conditions de travail du printemps dernier ont ébranlé nos repères. Que sont devenus nos aspirations, notre inclinaison pour le collectif, notre attachement au présentiel ? Je ne crois pas que nous sachions trouver la réponse en utilisant le même logiciel de pensée. Nos repères ont volé en éclat. Il nous reste des morceaux de puzzle que nous n’arrivons pas toujours à assembler pour former une figure signifiante. Je vous propose de faire tourner les mots et les idées en utilisant trois figures de style empruntées à Raymond Queneau.



PARTIES DU DISCOURS

— ARTICLES : le, la, les, une, des, du, au.

— SUBSTANTIFS : collègues, autonomie, manager, groupe, équipe, trajet, réunions, ambiance, activité, plaisir, métier, sens, évolution, vision, continuité, créativité, talent, projet, reconnaissance, convivialité, vie, équilibre.

— ADJECTIFS : sympa, complet, entouré, grand, écouté, libre, engagé, stressé, valorisé, relié, bienveillant, professionnelle, personnelle.

— VERBES : me réaliser, sentir, voir, partager, apprendre, me développer, porter, interpeller, transmettre, prétendre, faire, dire, exprimer, agir.

— PRONOMS : je, il, se, le, lui, son, qui, celui-ci, que, chaque, tout, quelque.

— ADVERBES : très, près, fort, particulièrement, par ailleurs, rapidement, plus, tard.

— PRÉPOSITIONS : vers, sur, de, en devant, avec, par, à, avec, par, à.

— CONJONCTIONS : que, ou.


ALORS

Alors ma motivation est principalement une question de lien social. Alors j’ai besoin d’appartenir à une équipe soudée. Alors cela veut dire à l’écoute les uns des autres. Alors je m’inscris dans l’entraide et le partage de mes compétences, voire de mes talents singuliers. Alors je me sens valorisé, reconnu. Alors je participerai à des réunions efficaces, où chacun apporte une vraie valeur ajoutée. Alors j’oserai exprimer mes idées, ma différence dans un esprit de bienveillance. Alors le travail deviendra un lieu d’enrichissement personnel, de plaisir, de créativité. Alors je serai plus engagé, plus autonome. Alors, plus tard, j’aimerai transmettre et prendre plus de responsabilités. Alors le groupe sera une source d’inspiration, de développement personnel, un nouvel équilibre entre ma sphère personnelle et professionnelle.


TANKA

Ton demain arrive

Un nouveau monde va s’ouvrir

Tu as bien changé

Tu veux revoir tes amis

Pour écrire une nouvelle page



La motivation pourrait se décliner encore en laissant nos sens, l’ouïe, la vue, le goût, l’odorat, s’exprimer (« l’olfactif »), tout et son contraire se répondre (« en partie double »), nos craintes, nos peurs, nos limites s’offrir à notre réflexion (« l’impuissant »), la poésie s’inviter dans le réel (« le sonnet ») ; la liste est longue et riche. Libre à vous d’imaginer d’autres assemblages, d’autres copies créatives. Vous auriez tort de vous priver. La parole se libère avec le style. Chaque forme participe à modifier notre propos. Notre pensée s’enrichit des variations du discours. Merci Maître Queneau.

35 vues